Cet été, faites le plein de culture aux Archives et visitez l'exposition Filmer les procès, un enjeu social ! Et découvrez déjà le teaser de l'exposition !

 

Accès à la salle de lecture avec ou sans réservation dans le respect des gestes barrières. Consulter la rubrique pratique.

À noter : les Archives départementales de la Gironde seront fermées au public les 14 et 15 juillet prochains.

Projection - « Rose-France » de Marcel L'Herbier suivi de « Popaul et Virginie » d’Adrien Caillard

Rose-France de Marcel L'Herbier

 (jpg - 86 Ko)

Couverture du programme de Rose-France de Marcel L'Herbier (1918).

Les Archives départementales de la Gironde ont proposé la projection de deux fictions : Rose-France de Marcel L’Herbier (1919, 60 minutes) et Popaul et Virginie d’Adrien Caillard (1919, 60 minutes).

Rose-France de Marcel L’Herbier met en scène un Américain, à la santé fragile, qui n’a pas pu s’enrôler dans l’armée de sa patrie pour défendre la France qui s’incarne sous les traits d’une jeune femme qu’il aime. Tant au niveau du scénario, de la mise en scène, du jeu des acteurs et de la dimension plastique, ce film est en rupture totale avec les modèles dominants. Entouré de jeunes collaborateurs talentueux, Marcel L'Herbier instaure une complicité fructueuse entre les artistes de son temps et le cinéma. Ainsi, l’affiche de Rose-France est composée soigneusement par le peintre Georges Lepape, alors qu’un autre artiste, Jean Don, dessine le visuel du programme du film. Rose-France est une rêverie poétique d’une grande virtuosité. Il suscite de vives réactions parmi les spectateurs séduits ou déconcertés par ses innovations, provoquant même quelques polémiques. Louis Delluc considère cet essai comme « une préface », un moment charnière dans l’appréhension artistique du cinéma.

Marcel L'Herbier appartient à la nouvelle génération de cinéastes français qui découvrent le cinéma en pleine guerre. Fortement attiré par un environnement décadent très fin de siècle, il apprécie la littérature au point de rêver de devenir écrivain. Finalement, il commence à écrire pour le cinéma et sur le cinéma. Il récuse en effet tout rapprochement du cinématographe avec l’art car ce dernier conduirait à briser un élan prometteur. Son argumentation, exprimée dans un style souvent emphatique, tente d’imposer l’idée d’une spécificité de ce mode d’expression, bien qu’il l’envisage sous le signe d’une culture classique. Il passe à la réalisation en 1918 avec Phantasmes, film inachevé à cause de la guerre, avant de tourner Rose-France.


Popaul et Virginie d’Adrien Caillard

 (jpg - 91 Ko)

Extrait de Popaul et Virginie d’Adrien Caillard.

Popaul et Virginie d’Adrien Caillard raconte l’idylle entre deux enfants sur fond de guerre : Popaul dont le papa est à la guerre va souvent dans les gares. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Virginie, une petite réfugiée belge dont la grand-mère vient de mourir. Popaul décide de l’amener chez maman Médard. Le papa de Popaul meurt finalement à la guerre. Son capitaine adopte Popaul mais celui-ci se languit de Virginie à tel point qu’il en tombe malade. Pour finir, Virginie et Maman Médard le rejoignent pour une fin heureuse.

Adrien Caillard est un acteur mais également un metteur en scène. Ainsi il dirige une trentaine de films entre 1909 et 1926.