Accès à la salle de lecture avec ou sans réservation dans le respect des gestes barrières. Consulter la rubrique pratique.

Notez bien : les Archives départementales de la Gironde seront fermées au public les 26 et 27 mai prochains.

Des Cinémas, inventaire subjectif des cinémas de village en Gironde

La création photographique Des Cinémas... de Jean-Christophe Garcia a été réalisée un siècle après la première projection publique et payante du Cinématographe Lumière. Cette série se présente comme un inventaire non exhaustif des salles de cinéma en milieu rural aquitain, patrimoine autant menacé de disparition que toujours présent dans la mémoire vive collective.

 (jpg - 499 Ko)

Cinéma le Tennis à Arès

Présentation de l'exposition

 (jpg - 41 Ko)

Le cinéma Max Linder de Créon, extrait de Reprises

Réalisé entre 1993 et 1994, Des Cinémas… est un travail photographique ayant pour objet le patrimoine des salles de cinéma en milieu rural, à l'esthétique singulière, symbolisant à elle seule ce que peut, ou a pu, représenter l'industrie du cinéma. Sur environ quatre cents salles répertoriées, une cinquantaine a été sélectionnée, après un repérage minutieux et exhaustif, pour donner lieu à ce projet de création photographique. Les Archives départementales de la Gironde accueillent douze dyptiques de la série complète qui en comporte cinquante.

Pour chaque salle choisie, deux prises de vues ont été réalisées : l'une « statique », l'autre « dynamique », regroupées par la suite en un diptyque où se confrontent en se juxtaposant ces deux prises de vues. La prise de vue « statique » a été faite sur négatif couleur à l’aide d’une chambre photographique 4x5 inches. La prise de vue « dynamique » a été réalisée avec une caméra légère, chargée d’un film noir et blanc. Pour chaque salle, plusieurs plans-séquences extrêmement brefs (2 à 3 secondes) ont été tournés. Chaque plan montre en arrière-plan la salle de cinéma, tandis qu’au premier se déroule un « micro-événement », le passage d’un piéton, d’une voiture, etc. Par la suite, un photogramme (tirage positif d’une image du film) a été réalisé.

 

Issu du projet photographique, le film Reprises de Jean-Christophe Garcia est projeté dans le même espace. L’artiste présente son film de la manière suivante :

« À l’origine de ce film, les plans tournés en Super8 en 1993 et 1994 lors de la préparation du projet photographique Des Cinémas, inventaire subjectif des cinémas de Village en Aquitaine. L’existence de Reprises doit beaucoup à l’Artothèque de Pessac qui me proposa de rendre visite à ce matériel archivé et lui donner une nouvelle forme « en mouvement », et ainsi prolonger/augmenter un projet photographique réalisé 23 années plus tôt. Reprises est un montage à partir des séquences tournées en 1993 et 1994 lors de la préparation du projet photographique Des Cinémas, inventaire subjectif... Le film garde les traces reprisées de son origine. Sans récit, sans narration, les plans se succèdent dans la chronologie de leur enregistrement. Seule la présence récurrente d’une façade de cinéma semble donner la raison d’existence à ces images. Dans Reprises, des images noires se sont substituées aux photogrammes extraits. Ce qui est présent dans les diptyques photographiques est invisible dans le film. Au-delà du deuil de ces images manquantes, Reprises est aussi l’expérience de l’inachevable d’un projet artistique. »

 

L’exposition des photographies de Jean-Christophe Garcia est accompagnée d’une sélection d’objets issus de la collection d’appareils cinématographiques du Polyèdre de Bazas. Au sein du Polyèdre, bibliothèque-médiathèque de la Ville de Bazas, les utilisateurs du lieu ou visiteurs occasionnels peuvent apprécier une collection d’objets du cinéma. Cette collection prestigieuse et rare est due à un collectionneur bazadais, passionné par les différentes techniques du 7e art. Et c’est ainsi qu’en 2016, il offre à la ville de Bazas 350 machines de cinéma. Cette collection se décline autour de caméras (professionnelles et/ou amateurs), de projecteurs (différents âges et formats), d’enregistreurs et de quelques bobines.

 

Et découvrez également l'exposition « Ils y viennent tous... au cinéma ! » L'essor d'un spectacle populaire (1908-1919) !

Quels cinémas ? De quelles communes de Gironde ?

 (jpg - 423 Ko)

Cinéma le Splendid à Langoiran

  • Arès : le Tennis
  • Blaye : le Monteil
  • Cadillac : le Lux
  • Gensac : le Select
  • Gujan-Mestras : l'Eldorado
  • Langoiran : le Splendid
  • Langon : le Florida
  • La Réole : le Rex
  • Pauillac : l'Éden
  • Saint-Loubès : le Max Linder
  • Saint-Christoly : le Vox
  • Saint-Ciers-sur-Gironde : le Trianon

On en parle !

Philippe Vigier dans son émission Bien dans ma ville du 15 décembre 2021 sur France Bleu Gironde présente l'Expo /Inventaire des salles de cinéma de proximité en Gironde de Jean-Christophe Garcia. Retrouvez ici l'interview de la responsable de la sous-direction des Publics des Archives départementales de la Gironde.

 

À gauche, une photo en couleur réalisée à la chambre, définition impeccable, cadrage frontal, rien ne vient y parasiter l'objet, du document de première main. À droite, un photogramme en noir et blanc, le même bâtiment, mais comme recontextualisé, centre d'une petite scène vivante, d'une amorce d'histoire. Mais tout s'inverse. La couleur, emblème de la modernité au service du versant documentaire, du strict inventaire, alors que le noir et blanc rend compte du présent le plus vivant sous les habits du souvenir, de l'autrefois de l'image. À gauche, une saisie directe, à droite, une saisie de saisie, l'arrêt sur une image captée au moyen d'une caméra, sur un film. L'image en apparence la plus ancienne s'avère la plus récente puisque qu'elle résulte d'un choix postérieur à la prise de vue. Derrière tout cela, il y a la volonté de saisir au plus près cette réalité à double face que contient l'appellation même de cinéma : le bâtiment et l'activité artistique (ou non) dont il est le lieu de diffusion. À gauche, la salle, à droite, le film : la salle est dans le film, le film est dans la salle. Le cinéma (comme forme de la modernité des villages) se meurt en même temps qu'il survit par le film qu'il suscite, par la danse des vivants autour du cadavre.

Jean-Marc Huitorel, extrait de La chute des murs, édition Le Festin,1997.

 (jpg - 455 Ko)

Cinéma le Florida à Langon