A compter du 14 juin, ouverture de la salle de lecture à 25 personnes maximum par jour avec ou sans réservation et consultation de 10 documents maximum par jour dont un en réservation si souhaité. Il est fortement conseillé de réserver préalablement sa place via le formulaire de réservation. Les gestes barrières doivent être impérativement respectés et le port du masque reste obligatoire. Vous retrouverez dans la rubrique pratique le détail des modalités d’accès.

Confirmation par Guillaume, duc d'Aquitaine, de la donation précédente faite à l'église de Bordeaux, 1088. AD Gironde, G 335

 (jpg - 1111 Ko)

Confirmation par Guillaume IX, duc d'Aquitaine, de la donation à l'église de Bordeaux.

Cette charte de Guillaume IX, duc d'Aquitaine, confirme les privilèges accordés par ses prédécesseurs à l'église Saint-André, afin d'aider à son relèvement.

Guillaume IX, duc d'Aquitaine et de Gascogne, comte de Poitiers (1071-1126), n'a que dix-sept ans lors de la rédaction de ce document. Surnommé le Troubadour, il est connu pour être l'un des plus anciens poètes en langue d'Oc. Ses libéralités envers l’Église étaient à la hauteur de sa vie agitée, puisqu'il fut excommunié après avoir répudié son épouse Philippa, fille du comte de Toulouse. Ils sont les grands-parents d'Aliénor d'Aquitaine.

Pour l'essentiel, ces textes accordaient au chapitre le droit de percevoir une partie du produit des tonlieux, taxes qui frappaient la circulation des marchandises, notamment par voie navigable. Elles comprenaient la donation des terres dont les revenus étaient destinés à l'entretien des chanoines, entre autres la seigneurie de Lège qui resta propriété ecclésiastique jusqu'au XVIIIe siècle.


La pièce date de l'année 1088 : c'est la plus ancienne que conservent les Archives départementales de la Gironde. Elle est authentifiée par de nombreux sceaux manuels en forme de croix, dont celui de Guillaume IX.

Retrouvez cette charte classée dans les archives du chapitre de l'église métropolitaine Saint-André de Bordeaux (G 335) et profitez-en pour découvrir les archives du clergé séculier (série G).