En raison d'une campagne de dépoussiérage, les archives de l'assistance sociale (sous-série 3 X) sont momentanément non communicables.

Un carnet de route de 1761

Un carnet de route de 1761

1 image(s)

Des recherches récentes sur la famille Decazes – dont les membres sont faits ducs en 1820 par Louis XVIII – ont permis de découvrir, au sein du fonds Bigot, un document original, conservé aux Archives départementales de la Gironde sous la cote 8 J 474/1.

Ce fonds d’érudit (8 J), principalement constitué de travaux de recherches sur les grandes familles du Libournais, rassemble en effet de nombreuses pièces relatives à la famille Decazes, demeurant au château de La Grave, à Bonzac. Si Elie Decazes (1780-1860), principal ministre du roi sous la Restauration, n’en est pas l’auteur, celui qui tient ce « carnet de voyage » n’est est pas moins apparenté au premier duc Decazes et de Glücksbierg.

Parti de Libourne le 22 novembre 1761, il nous permet de suivre avec précision, à travers ce document rétrospectif à valeur essentiellement comptable, les étapes de son voyage, marquées aux relais de postes, à destination de la capitale. Son périple, pour lequel il ne dépense pas moins de 715 sols (soit environ 36 livres à une époque où le pain coûte environ 2 sols dans les environs de Bordeaux) en frais de gîte et de couverts ainsi que pour ses chevaux, s’achève le 6 décembre de cette même année, à Paris, où il met pied à terre après avoir parcouru 102 lieues – soit près de 500 kilomètres. Au milieu de ces indications perce un commentaire discret, plein de tiédeur : « chez Madame Meunier. elle est morte. » Cette indication, aussi anecdotique soit-elle, nous permet néanmoins d’attester que ce compte-rendu de voyage fut réalisé a posteriori ; Madame Louise Chevalier, mariée Meunier, ayant été enterrée à Sainte-Maure – où l’auteur séjourne le 29 novembre 1761 –, le 12 décembre suivant.


  • Famille Decazes (1591-1881) - 8 J 474