La salle de lecture des Archives départementales de la Gironde sera exceptionnellement fermée les vendredi 7 et mardi 18 décembre 2018. Pendant ces deux jours, les équipes des Archives départementales participeront à des groupes de concertation. L'accès à l'exposition et à l'auditorium restera ouvert de 9h à 17h.

Fermer le menu
Imprimer cette page

État des fonds des Archives départementales de la Gironde

 

  • Présentation du contenu

    Les archives publiques contemporaines, dont la définition, il faut le rappeler, ne correspond pas à l'histoire contemporaine puisqu'elles débutent au 10 juillet 1940 (chute de la IIIème République), font l'objet (à quelques exceptions près : principalement l'état civil et les archives notariales) d'un regroupement dans la série W.

    Cette série, qui utilise la seule lettre du cadre de classement qui n'était pas affectée, a été instaurée par une circulaire des Archives de France de 1979.

    Ce texte a consacré l'abandon de la répartition des documents postérieurs au 10 juillet 1940 entre les séries et sous-séries du cadre de classement adopté dans les Archives départementales dès le XIXème siècle.

    Le cadre de classement se heurtait en effet à plusieurs écueils rencontrés par les archivistes à partir des années 1950 et surtout 1960 :

    - volume exponentiel de la production documentaire des administrations rendant difficile leur traitement approfondi ;

    - inadaptation du cadre de classement à la diversification de la carte administrative ;

    - éclatement des fonds, tout particulièrement celui de la préfecture, entre plusieurs séries qui constituaient des rassemblements thématiques ;

    - difficultés matérielles liées au rangement des documents entrant dans des magasins dédiés aux séries, le rythme d'accroissement de chacune de ces séries étant très variable.

    La " série W " n'a donc aucune autre signification qu'une borne chronologique au-delà de laquelle les archives qui entrent aux Archives départementales restent dans le contexte de leur versement d'origine, tel qu'il a été effectué par l'organisme public qui les a remises, groupées de manière aléatoire (un versement correspond en général à un lot de documents d'un bureau donné, pour une ou plusieurs catégories d'affaires qu'il a traitées et qui n'ont plus d'utilité administrative pour son fonctionnement).

    L'avantage du système réside dans la reconstitution possible, par les chercheurs, des versements d'un producteur donné, ce respect des fonds rendant réalisable l'étude des institutions elles-mêmes mieux que ne le permettait la répartition des archives modernes dans le cadre de classement.

  • Mode de classement

    Grâce aussi à l'instauration de la série W, les documents postérieurs à 1940 (sauf exceptions signalées) reçoivent une cote définitive dès leur entrée ; elle est constituée de la manière suivante :

    n° d'ordre du versement / lettre W / numéro de l'article dans le versement.

    En revanche, l'approche des archives contemporaines se révèle plus complexe en raison des particularités :

    - de sa création

    - de son traitement documentaire.

    La création réglementaire de la série W est tardive (elle entre en vigueur le 1er janvier 1980 pour des documents postérieurs à 1940 qui avaient déjà fait l'objet de nombreux versements) ; de ce fait, les versements antérieurs à 1980 peuvent se présenter :

    - sous une cote d'entrée qui relevait du libre-arbitre de chaque service d'Archives départementales (en Gironde, une série continue " SC " ne tenant pas compte des versements et une " série " locale AW respectant les versements) ;

    - sous des cotes W rassemblant a posteriori plusieurs versements : la circulaire de 1979 prévoyait en effet une cotation des versements à compter du 1er janvier 1980 commençant au numéro 1001 W, donnant ainsi la possibilité d'utiliser les cotes 1 W à 1000 W (dites " petits W ") pour ce type de rassemblement pratiqué en Gironde.