Imprimer cette page

Cultes : archives concordataires et relations avec les associations cultuelles

Fermer le formulaire de recherche

Présentation du fonds

-+
  • Répertoire numérique de la série V

    • Présentation du contenu

      Quantitativement plus modeste que les autres séries modernes des Archives départementales de la Gironde, la série V occupe un linéaire de 47 m.

      Elle est constituée par deux fonds distincts, mais évidemment complémentaires :

      - l'un, dont nous ignorons la date du (ou des) versement(s), constitué par les dossiers des services de la préfecture relatifs aux affaires des cultes telles qu'elles ont été définies par le Concordat du 26 messidor an IX (15 juillet 1801) publié le 18 germinal an X (8 avril 1802) et par les articles organiques publiés le même jour, jusqu'à la loi de séparation des Eglises et de l'Etat du 9 décembre 1905 ;

      - le second, sur l'origine duquel nous n'avons que peu de renseignements, est constitué par les dossiers que l'archevêché a établi pendant la même époque sur les mêmes matières.

      En 1802 le diocèse de Bordeaux diffère sensiblement de ce qu'il était en 1789. Il recouvre très exactement le département de la Gironde. C'est-à-dire qu'il est en gros composé des deux diocèses de Bordeaux et de Bazas, avec les modifications suivantes : le Born, qui relevait jusqu'en 1790 de l'archiprêtré de Buch et Born, est dissocié de la Gironde et passe au département des Landes ; par contre l'archiprêtré de Sainte-Foy-la-Grande, qui relevait de l'évêché d'Agen, passe au diocèse de Bordeaux pour toutes les paroisses de cet archiprêtré situées dans le département de la Gironde. Quant à l'ancien diocèse de Bazas, certaines de ses parties sud passent dans le département des Landes et certaines parties sont au département du Lot-et-Garonne

      Nous renvoyons sur cette question des modifications des limites de l'archevêché de Bordeaux à l'ouvrage (à paraître en 1990)queles Archives départementales préparent à l'occasion du bi-centenaire de la création du département.

      .

      Les affaires des cultes furent longtemps gérées par le cabinet du préfet

      Qui s'occupait plus particulièrement des " affaires urgentes, réservées, et celles qui ne ressortissent des autres divisions de la préfecture ".

      et par le deuxième bureau de la deuxième division de la préfecture, chargé plus spécialement des Etablissements religieux et de bienfaisance : " Administration des biens des fabriques et des hospices ; conseils des fabriques et leurs budgets ; dépenses du culte à la charge des fabriques ; culte protestant ; culte hébraïque ; ... associations religieuses pour l'instruction gratuite des filles indigentes ".

      Vers 1860, on assiste à un certain éclatement de l'administration des cultes, partagée entre deux bureaux de la première division - Administration communale et hospitalière, dont le premier bureau - Personnel - Elections s'occupe des conseils presbytéraux, des consistoires, des écoles secondaires ecclésiastiques ; et le second bureau - Administration communale et hospitalière des chapelles et annexes, des congrégations religieuses, des conseils de fabrique, des cultes, des dons et legs en faveur des établissements religieux, des églises paroissiales, des fabriques paroissiales, des presbytères, des séminaires et des succursales.

      En 1890, par contre, les dossiers touchant le culte étaient concentrés dans le premier bureau de la troisième division qui était intitulé : Administration communale. Instruction publique et cultes.

      Quels que soient les bureaux dont ils sont issus, les registres et dossiers concernant les cultes ont donc été réunis dans la série V et répartis dans les huit sous-séries prévues dans ladite série, chaque sous-série étant constituée par les registres et dossiers du fonds de la préfecture, puis par ceux du fonds de l'archevêché

      Les sous-séries 3,4, 7 et 8 n'étant constituées que par les registres et dossiers émanant de la préfecture.

      .

    • Mode de classement

      Le premier classement de ce fonds date de l'année 1906 : " Nous avons rangé soigneusement la série V (Cultes), afin d'être en mesurede répondre aux demandes qui n'ont pas manqué de se produire ", dans Conseil général de la Gironde. Session d'août 1906. Rapport général au préfet, p. 317.

    • Sources complémentaires internes

      Au moment où s'achevait la rédaction du présent répertoire, la direction des services fiscaux de la Gironde signalait l'existence, dans ses caves, d'un fonds ancien des services de l'Enregistrement et des Domaines concernant la séparation des Eglises et de l'Etat et les congrégations. Ces archives, dont nous ignorons le contenu exact, a fait l'objet d'un versement sous la cote 2565 W, qui devra être classé dans la sous-série 2 Q, actuellement non constituée aux Archives départementales de la Gironde.

      Nous invitons le lecteur à ne pas négliger les sources domaniales, en utilisant dans l'immédiat les instruments de recherche provisoires.

      Mais il existe, au-delà de la série V, d'autres sources sur l'histoire des cultes aux XIXe et XXe siècles.

      Dans les Archives publiques, d'abord :

      • sous-série 5 K : le fonds du tribunal administratif contient des renseignements précieux sur le contentieux, avant et après la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, entre les communes, le clergé et les fabriques ;
      • série M : 1 M 515, 582, 591 ; 6 M 6 et 297 ;
      • série N : 1 N 281 à 302 ;
      • sous-série 2 O : documents sur le culte et les relations du clergé avec les municipalités ;
      • sous-série 4 O : nombreux dossiers de dons et legs aux fabriques et au clergé ;
      • série Q : dossiers sur les biens nationaux de première origine (à partir de 1791) ;
      • et d'autres dossiers épars dans les séries T et U en particulier.

      La série V n'en reste pas moins la source principale de l'histoire du catholicisme de 1800 à 1906.

    • Sources complémentaires externes

      La série V est constituée par l'essentiel des sources concernant le diocèse de Bordeaux au XIXe siècle. Mais il convient néanmoins de rappeler ici que l'archevêché de Bordeaux possède un service d'archives qui a reçu un nombre appréciable de dossiers sur l'histoire religieuse du XIXe siècle que tout historien de cette période se doit de consulter. L'Archevêché a constitué son propre service d'archives qui a réuni des épaves des archives antérieures à 1905, a suscité de nombreux dons, et réuni les dossiers postérieurs à 1906

    • Bibliographie

      Il nous paraît inutile de donner une orientation bibliographique sur les travaux d'histoire ecclésiastique du diocèse de Bordeaux pendant les XIXe et XXe siècles. L'excellent ouvrage rédigé sous la direction de Bernard Guillemain sur Le diocèse de Bordeaux (Avec la collaboration de Raymond Darricau et de Jean-Bernard Marquette) possède en effet une bibliographie qui nous en dispense.

      La revue Aquitaine (depuis 1965), qui existe de nos jours, la Revue Catholique de Bordeaux (de 1880 à 1897) [Sur ce périodique, cf. Valette (Jean), Tables et index des articles parus dans la Revue Catholique de Bordeaux (1880-1897). Bordeaux. 1986. In-8°, 182 p. (t. IV de la série in-4° du Recueil d'études et de documents pour servir à l'histoire du département de la Gironde...)], constituent des sources qu'ils convient de ne pas négliger.

    • Notes

      LISTE DES ARCHEVEQUES DE BORDEAUX DE 1800 à 1940

      Charles-François d'AVIAU DU BOIS DE SANCAY, 1802-1826.

      Jean LEFEBRE DE CHEVERUS (Son Eminence Monseigneur le Cardinal), 1826-1836.

      Ferdinand-François-Auguste DONNET (Son Eminence Monseigneur le Cardinal), 1837-1882.

      Aimé-Victor-François GUILBERT (Son Eminence Monseigneur le Cardinal), 1883-1889.

      Victor-Lucien-Sulpice LECOT (Son Eminence Monseigneur le Cardinal), 1890-1908.

      Pierre-Paulin ANDRIEU (Son Eminence Monseigneur le Cardinal), 1909-1935.

      Maurice FELTIN (Son Eminence Monseigneur le Cardinal), 1936-1949.