Compte tenu des nouvelles consignes sanitaires, l'accès à la salle de lecture et le nombre de communications par jour restent soumis à réservation préalable trois jours ouvrables avant la date souhaitée, dans la limite de 15 personnes et de 10 documents maximum (5 en réservation et 5 sur place). Vous retrouverez dans la rubrique pratique le détail des modalités d’accès.

Pour rappel, la salle de lecture sera fermée les 13 et 14 mai prochains.

Actualités

Journée internationale des droits des femmes

Le 08/03/2021 Agenda

Jeanne Rangeard photographiée par Léon Badia.

En novembre 2014, dans le cadre des commémorations du centenaire du début de la Première Guerre mondiale, les Archives départementales de la Gironde ont conçu et présenté au public l’exposition L’autre front. Les femmes de Gironde au temps de la Grande Guerre. Cette exposition avait remporté un grand succès.

Le portrait d’une femme réalisé par le photographe gujanais Léon Badia est choisi pour illustrer l’affiche de l’exposition. Une image forte, d’une femme dont la vie est bouleversée par les guerres, qui la voient assumer, seule, de nouvelles responsabilités, tant au sein du noyau familial que dans l’économie professionnelle du foyer : une mutation fondamentale dans l’évolution de la condition féminine qui allait peu à peu s’inscrire dans la loi.

Jeanne Rangeard

Comme nous l’ont appris ses descendants, cette femme s’appelait Jeanne Rangeard (ou Rengeard), née le 24 juin 1893 à Gujan-Mestras. A 19 ans, le 2 mai 1913, elle épouse Pierre Léopold Larrouy, marin de son état. Ensemble, ils exploitent un commerce de vin, et participent à l’activité ostréicole de la famille de Léopold. Au moment de la déclaration de guerre, en 1914, Léopold est mobilisé, alors que Jeanne est enceinte : Anne Marguerite Gisèle naît le 15 décembre 1914. Jeanne se retrouve alors seule pour assumer son commerce, charger les barriques, atteler le cheval, faire les livraisons.

Au sortir de la guerre, Léopold souffre de tuberculose, une maladie qu’il décide avec son épouse d’aller soigner sous le soleil de la Méditerranée. Mais il décède à peine arrivé à Alger, le 4 septembre 1919. Jeanne rentre alors à Gujan-Mestras, veuve. Le 11 août 1923, elle épouse en seconde noce Jean Emile Teyssier, qui devait également décéder de la tuberculose durant le Seconde Guerre mondiale, le 6 mai 1942. Ils ont un enfant Jean Hugues, né le 21 février 1927.

Jeanne Rangeard s’éteint à La-Teste-de-Buch, le 1er juillet 1978, à l’âge de 85 ans.