lien vers le  site http://archives.gironde.fr lien vers le site www.gironde.fr

Le terme de « Monument historique » est employé pour la première fois en 1790 par Aubin-Louis Millin, député de Paris à l’Assemblée Constituante, à l’occasion de la démolition de la Bastille.

Il fait référence à tout ce qui peut fixer la mémoire du pays. En 1795, Alexandre Lenoir est nommé pour créer le musée des monuments français, lointain ancêtre de l’actuel musée occupant l’aile Paris du palais de Chaillot.

Pour fédérer les initiatives locales, Guizot, ministre de l’Intérieur, crée en 1830 un poste d’inspecteur général des Monuments historiques, qui sera occupé de 1834 à 1860 par Prosper Mérimée. Celui-ci fut chargé de dresser la liste des monuments d’art et d’histoire, et de veiller à leur conservation. Il fut secondé, dès 1837, par la Commission des monuments historiques.

Deux ans plus tard, la Gironde disposait de sa propre commission des Monuments historiques, dont les membres venus d’horizons très variés partagent le goût de l’étude et le souci de la préservation matérielle d’un patrimoine particulièrement riche et ancien dans le département.

L’exposition virtuelle ici présentée constitue une invitation au voyage, dans le temps et dans l’espace, et met l’accent sur toute une série de monuments illustres, de chefs d’oeuvre souvent en péril redécouverts au XIXe siècle, soigneusement décrits dans les archives, souvent spectaculaires, de la commission des Monuments historiques de la Gironde.

C’est en fait l’histoire de patientes recherches et la constitution de tout un fonds documentaire en grande partie inédit qui est ici mise en lumière à partir principalement des archives léguées par cet organisme. Cette histoire n’est pas sans combats ni débats, les savants membres de la commission ayant pu connaître, à l’occasion, de retentissants échecs comme celui de la destruction du cloître de la cathédrale Saint-André. Cependant, comme il est habituel, les archives conservent aujourd’hui ce que nos contemporains ne peuvent plus voir et le regard lui-même poursuit, grâce à elles, sa longue histoire.

C’est le mérite essentiel de ce travail, dû à la persévérance de plusieurs membres du service Communication et animation des Archives départementales de la Gironde; Mmes Jessica Bidalun, Anne Detot, Marianne Tenèze, MM christian Dubos, Philippe Sarazin, sous la direction de MM Frédéric Laux et Baudouin Gobert.

 

© Département de la Gironde 2009/2016. Tous droits réservés. Crédits photo : Archives départementales de la Gironde