Les mots de la calligraphie

Calligraphie :
Écriture onciale, inspirée du Ve siècle
© G. Caye
du grec kállos (κάλλος), « beau » et grapheîn (γραφεĩν), « écrire », art de la belle écriture. Œuvre réalisée par un calligraphe

Écriture :
Initiale "P", fragments de la 2e épitre de Paul à Timothée
© AD Gironde, ms. F 1, XIIe siècle
parole et pensée représentées graphiquement par un système de signes conventionnels

Paléographie : du grec palaiόs (παλαιός), « ancien » et graphía (γραφία), « écriture », science du déchiffrage et de l'interprétation des écritures manuscrites anciennes

Manuscrit :
Missel de Bordeaux
© AD Gironde, ms. G 903, XVe siècle, fos 5v-6
vient du latin manus, « main », et scribere, « écrire », désigne un texte écrit à la main

Scriptorium : atelier de copie et d’enluminure des manuscrits, rattaché à un monastère, une église ou une cour

Enluminure :
Enluminure gothique, inspirée du XIVe siècle
© G. Caye
désigne l’art de décorer ou l’illustration peinte à la main qui accompagne un texte, en général dans un manuscrit. Du latin illuminare, « éclairer », « illuminer » qui désignait à l’origine l’usage de dorure (feuille d’or) dans la décoration des ouvrages. On peut distinguer trois types d’enluminures : la miniature, l’initiale, l’image marginale

Miniature :
Miniature inspirée du Guide du pèlerin
d'Aymeri Picaud, XIIe siècle
© G. Caye (écriture caroline tardive)
image peinte d’un manuscrit, dans le corps du texte ou à pleine-page. Vient du verbe latin miniare, « enduire de minium », le pigment rouge utilisé pour les rubriques des textes

Onciale :
Écriture onciale exécutée à
l'encre or, inspirée des Ve-VIIe siècles
© G. Caye
écriture de grand format, composée de lettres majuscules avec des lignes incurvées et sans ornements, utilisée depuis le IVe siècle et notamment par les Carolingiens pour les titres et certaines lettres dans les livres de luxe

Minuscule caroline :
Lettres minuscules : carolines primitives inspirées du VIIIe siècle
© G. Caye
écriture petite et très ronde utilisée uniquement en minuscule, compacte, avec des ascendants et descendants verticaux, inspirée de l’onciale. Rapide à utiliser et à lire, elle connu un énorme succès à partir de son apparition au VIIIe siècle quand Charlemagne imposa son utilisation. Réutilisée à partir de la Renaissance pour remplacer la gothique, nous l’utilisons encore aujourd’hui

Gothique :
Recueil liturgique à l'usage de Saint-André de Bordeaux
© AD Gironde, ms. G 904, XVe siècle, fo 45v
écriture brisée employée à partir du XIe siècle, on peut trouver la textura, très rigide, la fractura, la gothique batarde,…

Lettres tourneures :
Alphabet décoré à l'or, inspiré des VIIIe-XIIe siècles
© G. Caye
dérivées de l’onciale, évoquent la formation de la lettre par le mouvement circulaire du pinceau. Aussi appelées lombardes ou versales ; la version décorée a pour résultat la lettrine après laquelle viennent se placer les minuscules carolines

Initiale, lettrine :
Lettrine "M" zoomorphe inspiré du VIIIe siècle
© G. Caye
grande lettre débutant une partie, un chapitre, un paragraphe d’un ouvrage et permettant à la fois un repérage visuel et une mise en valeur du texte. Elle peut être ornée, filigranée, historiée (contenant les personnages d’une histoire)

Chrysographie :
Lettres gothiques et carolines tardives, inspirées du XVe siècle
© G. Caye
écriture à l’encre d’or exprimant la richesse d’un manuscrit

Dorure :
Détail d'une décoration or
© G. Caye
dans un manuscrit, technique visant à rehausser l’écriture ou l’enluminure en la recouvrant d’or en appliquant des feuilles d’or

Calame :
Calames et tablette d'argile

roseau taillé utilisé pour écrire

Papyrus :
Acte du roi Dagobert
© Archives nationales, AE/II/3, VIIe siècle
  support d’écriture réalisé à partir de roseau, sur lequel on ne peut écrire que d'un côté

Parchemin :
Recueil provenant de la collégiale de Saint-Émilion
© AD Gironde, ms. G 902, XIIe siècle, fo 77v
support d’écriture réalisé à partir de peau animale ayant subi un traitement : on enlève les poils et nettoie la peau qui est ensuite plongée dans de l'acide, on la pèle avec un lunelum (couteau en forme de lune), elle est ensuite tendue sur un châssis, et enduite de chaux pour la polir et la blanchir

Papier : support d’écriture inventé en Chine dès le Ier siècle de notre ère. Mélange de chanvre ou de lin avec de l’eau : on extrait la fibre textile pour en faire de la pâte à papier qui est pressée puis séchée sur un tamis en laiton. À partir du XIXe siècle, on utilise de la fibre végétale (bois)

Cursive : écriture dont le tracé rapide et spontané s'effectue sans lever le crayon ou la plume entre les caractères d'un mot





Liens et ressources