Archives Départementales de la Gironde






Ateliers de paléographie
 

La paléographie s’attache au déchiffrement des écritures anciennes

• NIVEAU INITIATION : ateliers animés par Christian Cau
les jeudis 1er octobre, 5 novembre, 3 décembre 2015, les 7 janvier, 4 février, 10 mars, 7 avril 2016.

• NIVEAU PERFECTIONNEMENT : ateliers animés par Evelyne Picot
les jeudis 15 octobre, 19 novembre, 10 décembre 2015 et les 21 janvier, 18 février, 24 mars, 21 avril 2016.

Clôture des inscriptions

En raison d’un grand nombre d’inscriptions aux ateliers de paléographie, nous sommes contraints de les clôturer.
En vous remerciant pour votre compréhension et votre intérêt pour cette proposition.


La paléographie est une science à part entière, qui nécessite un long apprentissage. Elle n'est pas que l'art de la lecture : elle comprend aussi l'histoire de l'écriture, l'analyse des formes et des contextes de l'écriture (culture matérielle, histoire sociale, …) Apprenez à déchiffrer les écritures de nos ancêtres...

Pour tout travail de recherche, deux possibilités s’offrent au scientifique
(historien, généalogiste, …) :

  • consulter des ouvrages imprimés traitant du sujet concerné,
  • consulter des documents d'archives manuscrits.

Si la première solution ne pose guère de problèmes, la seconde s'avère plus difficile, suivant les textes compulsés : on n'interprète pas un document du XVIIIe comme un autre du XIIe siècle.

Les Archives départementales de la Gironde proposent, à travers ces ateliers de paléographie, une aide pour mieux aborder cette étape, en donnant des clefs et des points de repères afin de faciliter la lecture des textes anciens.

La paléographie sert à connaître la morphologie des lettres et à savoir déchiffrer les caractères qui constituent les textes de ces manuscrits. Par exemple, le trait de plume n'est pas aussi régulier que le nôtre: l'écriture avec la plume d'oie, ancêtre du stylo, donne des épaisseurs variables aux caractères, suivant son inclination, la force avec laquelle le rédacteur appuie la plume sur le support papier ou parchemin, etc.
De même, la hauteur des lettres peut varier en fonction de son emplacement dans un mot ou sur une ligne.

Quant aux règles d’orthographe, elles se sont précisées avec le temps, et l’on trouve souvent des textes écrits phonétiquement. Pour couronner le tout, nos ancêtres ont utilisé de nombreuses formes d'abréviations (contraction, aphérèse, notes tironiennes).
Toutes ces subtilités seront abordées progressivement au cours des ateliers proposés






Contacter les Archives départementales de la Gironde