Archives Départementales de la Gironde






Actualité / Informations récentes
 
  La commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale aux Archives départementales de la Gironde





Cent ans après, les Archives départementales proposent ainsi aux Girondins de découvrir, chaque jour, la une du quotidien La Petite Gironde, tout au long de la Première Guerre mondiale. Exposée dans le hall d’entrée du 72-78, cours Balguerie-Stuttenberg à Bordeaux, cette une sera visible à tous. L’entrée est libre et accessible du lundi au jeudi de 8h30 à 17h, le vendredi de 8h30 à 15h.

De la période de la marche à la guerre à l’ordre de mobilisation du 2 août 1914, et jusqu’à l’armistice du 11 novembre 1918, La Petite Gironde nous montre quelle fut l’information reçue par les Girondins, pendant cette période de guerre, qu’elle concerne l’actualité locale, nationale ou internationale.

Créé le 7 avril 1872, ce quotidien, à l’origine simple satellite du soir de La Gironde, acquiert rapidement sa propre identité, avec un tirage de 200 000 exemplaires en 1914, diffusés en Gironde et dans l’ensemble des départements limitrophes. Il recourt à une mise en page moderne, grâce à la présence régulière de photographies.

La Petite Gironde, de tendance républicaine modérée, est l’un des plus grands journaux régionaux français, aux côté de ses concurrents locaux qui sont La Dépêche (radical), La Liberté du Sud-Ouest (catholique) et La France de Bordeaux et du Sud-Ouest (radical).
Dans le cadre des commémorations de la guerre de 1914-1918, les Archives départementales mettent en ligne les registres du recensement militaire des classes impliquées dans le conflit (1908-1913).




Exposition « Trésors d’une Bibliothèque d’archives aux Archives départementales de la Gironde du 4 avril au22 août 2014.
Cette exposition témoigne des missions d’une bibliothèque d’archives, à la fois source et ressource, et qui joue le rôle d’une bibliothèque de conservation, de travail, et de recherche.

Cette exposition visible du 4 avril au 22 août  2014, initiée, conçue et réalisée par les
Archives départementales de la Gironde, avec le concours scientifique d’Hélène de Bellaigue, spécialiste du patrimoine écrit, s’intéresse à la constitution des collections de la bibliothèque des Archives départementales, riches de plusieurs dizaines de milliers d’ouvrages, tout en mettant en valeur le lien étroit entre ces collections imprimées et les sources d’archives.

Elle témoigne des missions d’une bibliothèque d’archives, à la fois source et ressource, et qui joue le rôle d’une bibliothèque de conservation, de travail, et de recherche. Elle donne à voir quelques pièces rares voire uniques, telle une édition bordelaise de 1603 jusqu’ici introuvable.

Le parcours de l’exposition « Trésors d’une bibliothèque d’archives », est articulé autour de trois grandes parties permettant au visiteur d’appréhender les différentes modalités de constitution des collections (dépôt légal, achat, dons et legs de collections) avec un focus sur les donateurs principaux parmi lesquels l’Abbé Sabatier, Jules Delpit, Léo Drouyn, Jean-Auguste Brutails, André Arlot de Saint Saud, ou Ulysse Bigot qui ont contribué à enrichir la bibliothèque des Archives départementales de la Gironde.

L’exposition permettra de mesurer l’importance de cette bibliothèque en tant que source indispensable à la connaissance du passé grâce à une exceptionnelle collection de mazarinades, parues pendant la Fronde, et à la richesse des fonds de presse locale, d’almanachs ou d’annuaires anciens qui reflètent tout à la fois la vie administrative, économique et locale.

Enfin, la manifestation sera l’occasion de (re)découvrir la complémentarité des collections de cette bibliothèque avec les fonds d’archives, ainsi que de leur perpétuel et mutuel enrichissement, à travers l’évocation sous forme de florilège, de plusieurs « lieux de mémoire » du département de la Gironde, qu’ils concernent le patrimoine (églises, faïences anciennes), l’histoire économique (chemins de fer, mise en valeur du Bassin d’Arcachon), les sciences (le professeur Bergonié, Ulysse Gayon) ou même le procès ayant inspiré Thérèse Desqueyroux à François Mauriac.

Dans le cadre de cette exposition, une table-ronde « Comment valoriser le patrimoine des bibliothèques d’étude bordelaises ? » aura lieu le jeudi 10 avril 2014 à 18 heures dans l’auditorium Jean-Cayrol des Archives départementales de Gironde et réunira les responsables de la bibliothèque des Archives, des bibliothèques des universités de Bordeaux et de Bordeaux-Montaigne, ainsi que de la bibliothèque municipale de Bordeaux, pour échanger autour des enjeux de valorisation de ces fonds et des perspectives
de collaboration.
    

Ouverture au public de l’exposition : du lundi au vendredi de 9h à 17h,
Entrée libre et gratuite



 


  L’exposition « Estuaire, inventaire » conçue et réalisée par les Archives départementales est présentée du 6 mai au 3 juin dans la galerie marchande du centre commercial Leclerc de Blaye à Cars dans le cadre des Rencontres estuariennes 2014


Sur ce territoire de l’Estuaire, les paysages et les patrimoines agricoles, viticoles, portuaires, civils, religieux, industriels, de loisirs, sont la matérialisation des efforts déployés par l’homme pour tirer parti des ressources de l’environnement.

Ces photographies nous invitent, habitants, passionnés et visiteurs de la région, à porter un regard différent et renouvelé sur ce patrimoine matériel et naturel. Elles sont le reflet d’une collaboration entre les Archives départementales de la Gironde et le Service régional du patrimoine et de l’inventaire aux fins d’étude, sur le terrain et dans les archives, du patrimoine culturel local. Cette collaboration vise à placer le champ de la connaissance en amont des politiques patrimoniales.

Cette exposition sera présentée :
-    du 6 mai au 3 juin : Centre commercial E. Leclerc de Blaye à Cars
-    le 6 juillet à Labarde
-    du 11 au 25 juillet à Talais
-    du 28 juillet au 30 août : bibliothèque de Pauillac



Une matinée est organisée le 22 Mai aux Archives départementales de la Gironde, par la Bibliothèque départementale et le Centre départemental de documentation pédagogique.


Une matinée est organisée le 22 Mai aux Archives départementales de la Gironde, par la Bibliothèque départementale et le Centre départemental de documentation pédagogique. Avec, en support la présentation de l’exposition « Trésors d’une Bibliothèque d’archives, cette matinée permettra de faire découvrir ou de redécouvrir le nouvel espace des Archives et les possibilités de ressources et de partenariats pour les bibliothèques et les centres de documentation.
 
Programme
  • 9h00 Café d'accueil
  • 9h15 Ouverture par Agnès Vatican, Conservateur et Directrice des Archives Départementales
  • 9h15/9h45 "Pourquoi une exposition sur la Bibliothèque des Archives Départementales de la Gironde ?" par Hélène de Bellaigue, commissaire de l'exposition
  • 9h45/10h00 Présentation du catalogue informatisé de la bibliothèque des Archives Départementales par Michel Constantin, bibliothécaire aux Archives Départementales
  • 10h00/10h15 "Les archives communales : une ressource présente dans tout le territoire en Gironde" par Georges Cuer, conservateur aux Archives Départementales
Parcours commenté de l'exposition
Visite de la salle de lecture et des espaces d'archivage

Inscription via le bulletin

Renseignements
Carole Ney et Anne Maury
05.56.16.13.80


 


  Guide pratique du lecteur
Le présent Guide pratique du lecteur résume l’histoire d’un service public qui se trouve être l’un des plus anciens du département puisqu’il a plus de deux siècles d’existence,

Les règles qui s’imposent au lecteur,de même que l’information à laquelle il a accès – beaucoup plus riche lorsque la recherche s’effectue en salle de lecture par la consultation d’archives dont une majorité sont des originaux n’ayant pas fait l’objet d’une diffusion numérique –sont ici décrites avec le détail nécessaire.

Ce guide comprend à cet effet un état complet des fonds publics et privés aujourd’hui conservés, ainsi qu’un état des inventaires sous forme papier et sous forme électronique, qui se complètent pour donner les clefs d’accès aux fonds, lorsque ceux-ci ont reçu un classement.

Enfin, sont décrites dans cet ouvrage les nouvelles applications “Gironde archives en ligne” (GAEL) et “Gironde bibliothèque en ligne” (GIBEL) qui donnent accès aux fonds d’archives et d’imprimés dont les inventaires et les catalogues ont été informatisés ou dont le contenu lui-même a été en partie numérisé, pour faire des Archives de la Gironde un pôle numérique régional.

Consultez le Guide pratique du lecteur


Exposition


Au XVIIe siècle, Louis XIV demande à Vauban d’améliorer les fortifications existantes de la Citadelle de Blaye pour protéger Bordeaux, située en amont de l’estuaire de la Gironde, sur la Garonne. Comme la portée de tir des canons de l’époque ne permet pas de couvrir les 3 kilomètres de large du fleuve et bloquer le passage de l’ennemi vers la grande ville, Vauban construit deux autres forts : Fort Paté et Fort Médoc. Grâce à ces forts et à l’amélioration des fortifications de la Citadelle de Blaye, Vauban obtient des tirs croisés et empêche l’ennemi de se rendre jusqu’à Bordeaux. Le « verrou de l’estuaire » est né. Triptyque unique en France, il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008.

La Citadelle de Blaye

Place stratégique, Blaye fait l’objet de nombreuses convoitises au cours de son histoire. Dans la seconde partie du XVIe siècle, pendant les guerres de religions, elle est en partie démantelée par les protestants.

Au milieu du XVIIe siècle, pendant la Fronde, Blaye est la clé de Bordeaux et de toute la Guyenne (aujourd’hui l’Aquitaine). Une seconde campagne de travaux est alors entreprise, marquant la volonté du gouvernement de Louis XIV de transformer Blaye en une grande forteresse.

Les travaux débutent en 1686 et s’achèvent fin 1689. La forteresse révèle un magnifique exemple d’adaptation du système de défense aux ouvrages existants. La citadelle, grâce à Vauban et à un programme de travaux de restauration initié par la ville de Blaye dans les années 1980, présente aujourd’hui un état de conservation d’une exceptionnelle qualité.

Fort Médoc

Établi dans une zone marécageuse, sur la rive gauche de la Gironde, face au Fort Paté, le Fort Médoc est l’un des éléments composant le fameux triptyque de l’estuaire. Il devait interdire le passage de la Gironde entre l’île située devant Blaye et Cussac-en-Médoc. La construction est réalisée en 1689 et 1690, dans un terrain alluvial très bas. La batterie tournée vers Blaye est la partie essentielle de l’ouvrage.

De forme carrée, axé perpendiculairement à la rive, le fort se compose de quatre bastions reliés par des courtines. Une demi-lune défend l’imposante Porte Royale du côté opposé à l’estuaire. Ce vaste ensemble est protégé grâce à un fossé inondable par des écluses, un chemin couvert, puis un avant fossé.

Après des périodes d’abandon puis de restauration, le site est déclassé par l’armée en 1916. Il devient propriété de la commune de Cussac en 1930. Le projet de Vauban, exécuté par l’architecte Duplessy, est typique du modèle de fortification réalisé par le stratège français.

Fort Paté

Pendant la Fronde et à plusieurs reprises, Claude de Saint-Simon, gouverneur de Blaye, émet l’idée de fermer la Gironde, important passage par mer, à hauteur de la ville. Vauban officialise ce projet en 1685, à l’issue de son unique visite de la place ; François Ferry le réalise.

Les travaux de fondation du fortin démarrent début 1691. Les travaux de maçonnerie débutent et se termineront en 1693. Vers 1705, l’édifice s’enfonce de deux mètres dans la terre, sans dommages. Cela rend cependant inutilisables les 32 fenêtres de tirs destinées à protéger les abords immédiats du fort. L’île ayant perdu près de la moitié de sa superficie est de nouveau consolidée entre 1726 et 1730.

Fort Pâté est aujourd’hui une propriété privée.Cette exposition est complétée par la diffusion d’un film produit par Michel Le Collen montrant des prises de vue aériennes de l’estuaire de la Garonne et par la présentation de documents d’archives se rattachant à cet ensemble défensif du Grand Siècle.